Centrales villageoises photovoltaïques: compte-rendu de la première réunion

La première réunion d’information sur les Centrales Villageoises s’est tenu le 4 mai 2017. Les maires des Bouchoux et de La Pesse ont accueilli les participants (plus de 40 personnes) dans la caserne des Pompiers, un lieu emblématique qui relie les communes. Jérôme Grenard a évoqué les projets des Bouchoux pour réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre, dont un projet photovoltaïque sur la salle polyvalente.

Les intervenants du Parc naturel régional du Haut-Jura et de l’AJENA, qui accompagnent la démarche, ont ensuite fait quelques rappels sur le photovoltaïque et tordu le cou à quelques idées reçues,  par exemple:

  • à nos altitudes, l’enneigement ne fait perdre qu’un mois de production, et il s’agit d’un mois où la production est moins importante (faible ensoleillement, journées courtes)
  • la production annuelle d’une installation d’1 kWC (kilowatt crête) atteint 1000kWh en plaine jurassienne. Avec moins de brouillard, la production sur les Hautes-Combes serait bien supérieure
  • on sait maintenant recycler les panneaux bien mieux que beaucoup d’autres appareils électroniques
  • 10 à 20% de l’énergie solaire reçue par un panneau photovoltaïque est transformée en électricité selon les technologies, mais la ressource solaire est si abondante qu’il ne faut pas raisonner en rendement
  • un panneau a une durée de vie et une production garantie de plus de 25 ans, même si certains composants de l’installation (onduleur) peuvent être à renouveler sur une telle période
  • même à la verticale et orienté plein nord, un panneau produit encore 30% de ce qu’il produirait en conditions optimales, exposé au sud et à 30° d’inclinaison…

Les enjeux d’une centrale villageoise

En parallèle d’une démarche de sobriété (habitudes) et de maîtrise énergétique (isolation, éclairage LED), le Parc et la Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude souhaitent produire plus d’énergie renouvelable sur le territoire. Cela passe par le bois énergie (chauffage) et par le solaire (thermique et photovoltaïque) et dans une moindre mesure par l’éolien et l’hydraulique, moins adaptés à notre territoire et nécessitant des investissements plus lourds.

Une centrale villageoise est une initiative qui vise à regrouper des citoyens pour:

  • utiliser des ressources à meilleur potentiel (par exemple, un toit mieux exposé que celui de ma maison)
  • investir dans un meilleur matériel
  • mieux suivre et maintenir les installations
  • pouvoir réinvestir dans de nouvelles tranches ou de nouveaux projets
  • s’impliquer localement et s’emparer de leur énergie

Il existe déjà en Rhône-Alpes 19 « centrales villageoises ». Ces sociétés locales couvrent le plus souvent plusieurs communes, et entre 8 et 12 installations photovoltaïques, sur plusieurs bâtiments (communaux ou privés). Elles financent le plus souvent 25% des investissements par l’apport des sociétaires (actionnariat, avec des parts sociales démarrant à 50€) et le reste par emprunt bancaire.

Avec l’expérience capitalisée, un projet prend entre 18 et 24 mois, en intégrant le montage juridique, le financement, les études et l’installation des panneaux. Le photovoltaïque permet de limiter les premiers investissements à quelques dizaines de milliers d’euros, offre une bonne prévisibilité grâce au tarif de rachat, et des démarches simplifiées pour les installations, il est donc souvent privilégié, mais la société locale peut ensuite se diversifier selon les besoins et opportunités de son territoire. La société est plus ou moins coopérative, souvent avec le principe 1 actionnaire = 1 voix et une mise en réserve ou en réinvestissement de tout ou partie des dividendes.

Prochaines étapes

Une bonne partie des participants étant intéressés pour engager ce projet, il sera constitué deux groupes de travail, qui se réuniront avant l’été:

  • Société locale: préparer la structure, sa gouvernance, le financement
  • Projet photovoltaïque: identifier les toits offrant un bon potentiel (ensoleillement, état, coût de raccordement…), les équipements pertinents et le dimensionnement avec le soutien de professionnels

Les personnes intéressées sont invitées à rejoindre le ou les groupes qui les intéressent en contactant Carole ZAKIN, Chargée de mission Énergie au Parc naturel régional du Haut-Jura (03 84 34 12 30, c.zakin@parc-haut-jura.fr).


20170504 Présentation Centrales Villageoises La Pesse